4 juin 2012: Acceptabilité sociale bafouée : Mine de rien appuie la demande de moratoire de la population de Mistissini

 Communiqué de presse pour diffusion immédiate

Acceptabilité sociale bafouée : Mine de rien appuie la demande de moratoire de la population de Mistissini

St-Camille, le 4 juin 2012 – C’est de manière inconditionnelle que les membres du comité Mine de rien appuient la demande de moratoire formulée par la population crie de Mistissini. Celle-ci s’oppose depuis maintenant plusieurs mois à un projet d’exploration d’uranium mené par l’entreprise Strateco, qui pourrait contribuer à une exploitation accrue de cet élément radioactif dans le Nord-du-Québec. Ce sont notamment les risques reconnus pour la santé et l’environnement reliés à ce genre de projet que redoute la population de Mistissini.

Si ce projet aboutit à la création d’une nouvelle mine, ce sont près de 2 millions de tonnes de résidus miniers radioactifs qui seront générés. « Il est stupéfiant de voir le gouvernement fédéral donner son aval à un tel projet! » mentionne Nicolas Soumis, co-porte-parole du comité Mine de rien. « S’il est vrai que le bilan de gaz à effet de serre de la filière nucléaire demeure relativement faible, ce n’est pas pour autant une raison de banaliser le danger à long terme de la radioactivité et les risques d'accident », poursuit-il. Il rappelle en outre que la communauté internationale considère de plus en plus l’idée de s’affranchir du nucléaire, particulièrement depuis la catastrophe survenue à Fukoshima au Japon.

Joël Nadeau, co-porte-parole du comité, fait remarquer pour sa part que l’acceptabilité sociale est mise à mal dans ce projet minier : « Il est important de souligner que les Cris de Mistissini ont demandé la mise en place d’un moratoire en février dernier, alors que la population de Mistissini s’est majoritairement prononcée contre le projet. Or, pourquoi le gouvernement fédéral a-t-il donné son feu vert? » Selon M. Nadeau, le concept d’acceptabilité sociale n’est aucunement respecté, alors qu’il est jugé important selon les termes du rapport du comité d’examen fédéral. « Plusieurs entreprises minières et politiciens se targuent de valoriser l’acceptabilité sociale; pourtant, la réalité montre un tout autre portrait. Force est d’admettre qu’il s’agit d’un terme creux. »
Les membres du comité Mine de rien appuient les habitants de Mistassini et leur offre toute leur solidarité alors qu’ils revendiqueront la défense de leurs droits et de leur milieu de vie lors d’un grand rassemblement les 4 et 5 juin.

– 30 –

Pour plus d’information : Nicolas Soumis, co-porte-parole, 819.340.1969